Programação do Stand do Brasil no Salão do Livro de Paris 2015 [atualização]
em 04/03/2015

Eis a programação completa do Stand do Brasil no Salão do Livro de Paris, de 20 a 23 de março de 2015.


O espaço abre atividades com a mesa sobre o Conexões Itaú Cultural, com os consultores Felipe Lindoso e João Cezar de Castro Rocha, seguida do pronunciamento do Ministro da Cultura do Brasil, Juca Ferreira, e do lançamento da nova edição da Machado de Assis Magazine.


Lembrando que na edição deste ano o Brasil é homenageado e por isso o Ministério da Cultura selecionou 48 autores nacionais para representar o país.


PROGRAMMATION STAND DU BRÉSIL

Vendredi, 20 mars

 


10h-12h

Conexões Itaú Cultural. Des données exclusives sur le brésilianiste d’aujourd’hui et les nouvelles perspectives d’études de la Littérature brésilienne à l’étranger.

Une présentation d’informations de la cartographie Conexões Itaú Cultural, avec un focus et des réflexions approfondies sur les chercheurs qui révèlent le profil du « nouveau brésilianiste », et incitent à agir en faveur d’une internationalisation de la littérature brésilienne. 

Avec Pierre RivasFelipe Lindoso et João Cezar de Castro Rocha.


Pierre Rivas est maître de conférences de Littérature comparée de l’Université ParisOuest Nanterre, à la retraite, traducteur et auteur, entre autres, de Encontro entre literaturas. França – Portugal – Brasil (1995) e Diálogos interculturais (2005) – livres publiés au Brésil. Directeur de collections (Editions Petra), au sein desquelles la littérature et la culture brésiliennes occupent une place de choix. 


Felipe Lindoso est anthropologue, traducteur, journaliste, auteur de O Brasil pode ser um país de leitores?, en plus d’être consultant du Conexões Itaú Cultural. 


João Cezar de Castro Rocha est professeur de Littérature comparée de l’Université de l’État de Rio de Janeiro, essayiste, co-auteur, avec René Girard et Pierpaollo Antonello de Les Origines de la culture (Prix Aujourd’hui, 2004); auteur de Cultures latino-américaines et poétique de l’émulation. Littérature des faubourgs du monde ? (Éditions Petra), qui sera lancé au Salon du Livre, est en outre consultant du Conexões Itaú Cultural. 

 


12h – Pronunciamento do Ministro da Cultura do Brasil, Juca Ferreira


12h15-13h

Machado de Assis Magazine au Salon du Livre de Paris

Renato Lessa (Presidente da Fundação Biblioteca Nacional), Jefferson Assumpção (Diretor de Livro, Leitura, Literatura e Bibliotecas do Ministério da Cultura do Brasil) e o escritor Fernando Morais. Mediação de Felipe Lindoso.

 

13h-14h15

Table-ronde 

Mémoire, déplacements et espaces transnationaux

Paloma Vidal, Michel Laub, Tatiana Salem Levy

Chez Michel Laub, Tatiana Salem Levy et Paloma Vidal – trois étoiles montantes de la littérature brésilienne actuelle – des narrateurs à la première personne livrent des fragments de leur mémoire d’enfance et de leurs histoires familiales. L’interrogation du passé renvoie au futur : que transmettre, comment le faire et à qui ? Si la mémoire est activée par le quotidien, l’expérience du déplacement – celle du voyage de l’étranger vers le Brésil mais aussi en sens inverse – occupe une place centrale. Circulant par des espaces transnationaux, les personnages de ces romans suscitent des questions sur la littérature nationale et sur sa composante multiculturelle. Peut-on encore parler d’une littérature brésilienne ? L’absence d’attaches dans le monde globalisé ne serait-elle pas une invitation à partir ailleurs pour finalement mieux retourner à ses origines ?

 

14h-15h30 – Space 2

Table-ronde Violance urbaine et le roman noir au Brésil

Edyr Augusto, Arthur Dapieve, Edney Silvestre

Dans l’œuvre de ces auteurs, on rencontre une radiographie de la violence urbaine au Brésil. Leurs personnages souvent en proie au désespoir, sont des drogués, des jeunes sans avenir. Dans l’œuvre  de Edyr Augusto les immeubles de la ville coupent la forêt, comme s’ils déchiraient la nature et l’innocence. Dans les romans de Dapieve, la musique joue un rôle de fond d’écran et la seule possibilité de rencontre et rédemption dans le monde de factions en guerre dans les favelas.

 

14h30-15h45

Table-ronde

Quel Brésil pour quel roman ?

Paulo Lins, Marcelino Freire, Luiz Ruffato

Les voix singulières de Paulo Lins (Cité de Dieu), Luiz Ruffato (Tant et tant de chevaux) et Marcelino Freire (Nos os) ont bousculé de façon décisive les repères de la fiction brésilienne contemporaine, en bouleversant notamment les représentations de l’espace urbain. Des écritures et des territoires en mouvance : ces lieux auparavant invisibles et qui sont présentés dans cette fiction, sont-ils les vestiges d’un pays en ruines ou plutôt le décor d’un monde qui s’annonce ?

 

16h-17h15

Table-ronde 

Brésil dans l’essai et la poésie

Affonso Romano de Sant’Anna, Patrick Straumman 

La poésie est un art qui se manifeste par la parole orale ou écrite. C’est un code personnel et universel qui a subi plusieurs changements à travers les âges et les cultures. La poésie est verbe, logo en mouvance. Le poète, à sa façon, est un penseur. La poésie se montre aussi dans les essais de ces auteurs, et dans la façon fluide et sensible parmi laquelle ils ont appris à penser les manifestations culturelles si complexes dans cette pluralité de cultures qu’on appelle “Brésil”.

 

18h00-19h30

Table-ronde La littérature comme projet de vie

Nélida Piñon, Daniel Galera

Conversation entre deux auteurs qui ont consacré sans concessions leur vie à l’écriture. D’un côté, une grande dame de la littérature brésilienne et de l’autre, un jeune auteur qui débute une brillante carrière. Ils partagent leurs expériences et leurs rituels d’écrivains.

 

******************

 

 Samedi, 21 mars

 

10h30-11h45

Table-ronde

Écriture de soi, écriture d’autrui

L’écriture de soi ne peut se comprendre sans que l’on prenne en compte l’écriture de l’autre. L’autrui est évidemment compris dans l’écriture de soi et le dialogue entre l’auteur et son lecteur est la clef de voûte du rapport identitaire qu’établit la lecture. C’est son propre visage que le lecteur retrouve dans les pages de ce genre d’écriture. Les œuvres de Carola Saavedra, Adriana Lunardi et Conceição Evaristo nous parlent de la condition féminine au Brésil, du pouvoir de la création littéraire, de parcours identitaires pour nous parler, avant tout, de nous mêmes.  

 

12h00-13h15

Table-ronde

L’homme post-moderne  est-il encore tragique? 

Ronaldo Correia de Brito, Ferrez, Godofredo de Oliveira Neto

Dans une société de masse, nihiliste , sécularisée, marquée par la violence, que reste-t-il de l’homme tragique? La parole est prise, pour ses auteurs, dans l’essentiel, avec des echos de la tragédie classique ainsi que de la tradition orale de leur région ou le milieu parfois violent où ils vivent. La dramatisation est pleine de force symbolique, dans un mélange de réalisme et alégorie.

 

13h30-14h45

Altérité et dialogue intertemporel

Antonio Torres, Ana Maria Machado, Jean-Cristophe Ruffin

L’œuvre de ces auteurs parle de la rencontre entre la mémoire, l’histoire et la littérature. Ils établissent des parallèles entre des cultures aux dimensions spatio-temporelles différentes, de façon à mélanger les perspectives et inverser les miroirs. Ils abordent, par exemple, les notions de centre et de périphérie, de colonisateur et de colonisé.

 

14h – Space 2 Stand Brésil

Emergence des poétiques de la voix et du corps au Brésil

Ricardo Aleixo, Rodrigo Ciríaco e Jean-Paul Delfino

Depuis les années 90 le Brésil connaît un moment unique en ce qui concerne la  poétique de la voix et du corps, se multiplient les soirées organisées en banlieue et dans les zones centrales des villes brésiliennes, des performances et des installations multimédias (sur les espaces web ou alternatifs) et spectacles de rap. Cette production intense et diversifiée a conquis un public croissant et dynamique aussi bien que l’attention des chercheurs renommés qui, dans le domaine universitaires, essayent d’analyser et de situer cette nouvelle scène, en termes esthétiques, culturelles et politiques.

 

15h-16h15

Racines, mythes et mémoire

Ana Miranda, Daniel Munduruku, Lu Menezes

Dans l’œuvre  de ces auteurs on retrouve la voix indigène avec un rythme, complètement opposé au langage urbain ;  c’est une voix primordial, qui reproduit la nature et la métamorphose constante entre les éléments de la forêt. Il n’y a  linéarité, la nature détermine les évènements et les changements. Le calendrier, circulaire est le temps de la nature. La voix féminine ressort dans la multiculturelle réalité brésilienne. La difficile rencontre entre les cultures, se produit à travers les idées de l’exil et de la rédemption.

 

16h30-17h45

Exil, quête et mémoire 

Adriana Lisboa, Bernardo Carvalho

Il est question ici de l’énigme de l’existence, des contradictions et des désirs de l’homme confronté à ses propres limites ainsi qu’à une altérité absolue : l’éternelle quête du sens de la vie dans une réalité imprévisible. Fiction et invention, rêves et souvenirs se mélangent dans l’œuvre des ses créateurs, qui sont parmi les plus originaux de la littérature brésilienne contemporaine. Les personnages sont en transit, ils habitent des lieux précaires, mouvants, ils parlent des langues qui ne sont pas les leurs, les mélangent. Les contradictions et les désirs d’homme confronté à ses propres limites ainsi qu’à une altérité absolue.

 

18h-19h30

Amazonie: voix et mythes indiens 

Betty Mindlin

Une conversation entre un Indien Yanomami et des anthropologues qui se penchant sur la vie quotidienne, la parenté, la guerre, le leadership, les arts oratoires, l’histoire des premiers contacts, la cosmologie et le chamanisme, l’ethnopolitique ainsi que des conséquences du renforcement de l’État-nation et de la présence croissante d’une économie mondialisée. L’excellent roman Fricassée de maris, de Betty Mindlin traduit à merveille l’esprit de son écriture, aux frontières entre l’anthropologie, la chronique humoristico-érotique et le romanesque. Elle est en outre une importante militante de la cause indigène, engagement reconnu internationalement, ayant joué un rôle fondamental dans la préservation des mythes des peuples indigènes brésiliens.

 

***************

 Dimanche, 22 mars

 

11h-12h15

Le labyrinthe intérieur et les fils du récit

Marcello Quintanilha, S. Lobo

Un point en commun dans l’œuvre  de S. Lobo et Marcelo Quintanilha est la ville de Rio de Janeiro, source de plusieurs de leurs histoires, thèmes et personnages. Les deux ont une expérience comme scénaristes et éditeurs de bande-dessinées, d’où la narrative cinématographique qui caractérisent leurs ouvrages. S.Lobo montre l’autre coté de Rio, le bas-fond. Marcello Quintanilha révèle le quotidien du Brésil dans ses chroniques visuelles remplies du  lyrisme et de la folie des évènements de chaque jour. Le banal montre ses aspects tragi-comiques.


12h30-13h45

Table-ronde Deux frères: liens déchirés en BD

Fábio Moon, Milton Hatoum, Gabriel Bá

Les jumeaux Yaqub et Omar sont aussi deux frères rivaux — un thème biblique dont s’était déjà emparé Machado de Assis, dans Esaü et Jacob. Deux caractères, deux conceptions de la vie, l’un qui jouit de l’instant, un peu veule peut-être, l’autre travailleur et volontaire, endurci par les épreuves et son adolescence au Liban.

Dans l’adaptation en bande dessinée du roman de Milton Hatoum, Deux frères, Fábio Moon et Gabriel Bá restituent les contrastes d’une Amazonie en noir et blanc, sur fond d’un demi-siècle d’histoire brésilienne, de la Deuxième Guerre à la dictature militaire.

 

14h-15h15

Table-ronde Tissus familiaux

João Carrascoza, Cristovão Tezza, Fernanda Torres

Dans l’œuvre de ces auteurs, les souvenirs d’enfance, les rites de passage, l’humour et la sensibilité se mêlent à l’analyse des sentiments intimes et des émotions réprimées. L’ordinaire du quotidien réserve des moments de révélation et de transfiguration, marqués par une poésie et un lyrisme intenses.

 

15h30-16h45

La vie des autres : le récit biographique

Fernando Morais, Lucas Figueiredo

Comment un biographe choisit- il le sujet de son récit ? Pourquoi cet homme ou cette femme, plutôt qu’un autre ? La vie de chaque individu peut devenir une histoire à raconter, comme l’a montré Pierre Michon dans Vies minuscules. Mais encore faut-il que la personne, célèbre ou anonyme, soit choisie par un écrivain et que celui-ci ait de l’empathie avec cette « autre vie ».

La biographie est un genre littéraire, basé sur des faits réels, qui fixe la vie, ressuscite les morts et exhume les oubliés. Au  travers le récit d’une vie, se dessinent aussi d’autres portraits, une époque, un style narratif et l’auteur lui-même. Au Brésil, Fernando Morais a été un des premiers auteurs à utiliser les techniques du journalisme pour écrire des biographies. Dans Olga (qui vient de sortir em nouvelle édition en France, aux Éditions Chandeigne), il insiste qu’« il ne livre pas sa version (…) mais la version réelle de ces épisodes ».  Mais, comme le souligne Gérard Siary dans la préface française du livre, « entraîné qu’il est par son sujet, Morais se fait aussi romancier ».

 

17h00-18h30

“Gol de letra”: football et littérature

Sérgio Rodrigues, Paulo Lins

Le football, véritable passion au Brésil, est une thématique qui a été portée plusieurs fois par la littérature. Quels sont les points de contact entre les jeux d’écriture et le football ? Forte et intense, la littérature de ces auteurs révèle toute la vibration d’un sport qui fait partie de la vie de tous les Brésiliens.

 *********************

 

Lundi, 23 mars

 

13h30-14h45

Table-ronde Imaginaires d’enfance ici et là-bas

La structure imaginaire de l’enfant ne diffère pas de celle que nous partageons tous. Nous avons besoin de la beauté et de l’humour. La fantaisie nous sert à donner forme à nos angoisses et à nos désirs. C’est là où se trouve la raison de la permanence de contes traditionnels et du folklore, y compris les contes de fées, dont les caractéristiques sont similaires à travers le monde. Ces contes ont été maintenus grâce à l’intérêt qu’ils éveillent à travers les siècles. Ces récits atemporels dont les constructions symboliques traversent tous les âges et tous les temps dialoguent avec notre réalité intérieure, faite de peurs et de fantaisies.

 

15h00-16h15

Table-ronde Histoire, violence et avenir de la littérature au Brésil

Ana Paula Maia, Edney Silvestre, Betty Milan

Insolite et provocatrice, la littérature de ces auteurs vibre avec l’intensité du possible, du réel. Leurs mots façonnent un lieu universel, où les enfers de chacun se révèlent dans des dialogues fragmentés, dans le regard morne d’hommes surchargés du poids de leur propre existence, du désespoir, de l’absence de perspectives. Leurs héros sont des travailleurs en marge, prisonniers dans l’ambigüité de leurs emplois, conditionnés, marginalisés par leurs propres choix. Leurs personnages sont les invisibles, les hommes dont on ne parle jamais, mais qui sont indispensables au fonctionnement de la société. Le crime, la corruption, la politique se mélangent aussi avec des aspects psychologiques de l’existence. La violence est dans la façon où le monde envahit la vie intime des gens.

 

16h – Space 2 Stand Brésil

“Défis de la dramaturgie et de la mise en scène théâtrale au Brésil”

Défis de la dramaturgie et de la mise en scène théâtrale au Brésil » proposera un débat, en deux parties, sur le théâtre contemporain brésilien : 1) les dramaturges et le processus créatif, à partir des pièces publiées dans l’ouvrage « Le théâtre brésilien contemporain » (Ed. Anacaona, à paraître au Salon du livre) ; et 2) la production théâtrale au Brésil. Cette rencontre est organisée avec le soutien de la Chaire Globalisation et Monde Émergent, fruit du partenariat entre l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et la FIESP, la Fédération des Industries de l’État de São Paulo.

« Le Théâtre Brésilien Contemporain »

La Chaire Globalisation et Monde Émergent, un partenariat entre l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne et la FIESP, Fédération des Industries de l’État de São Paulo, a l’honneur de vous présenter avec l’Ambassade du Brésil à Paris le débat « Le Théâtre Brésilien Contemporain ». Les dramaturges invités débâteront sur les parcours de la dramaturgie brésilienne et présenteront l’esthétique et création de ses textes qui, traduits en français, sont réunis dans le livre Le Théâtre Brésilien Contemporain (Editeur Anacaona – Projet MinC-MRE), lancé au Salon du Livre de Paris.

« Le Théâtre Brésilien Actuel »

La Chaire Globalisation et Monde Émergent, un partenariat entre l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne et la FIESP, Fédération des Industries de l’État de São Paulo, a l’honneur de vous présenter avec l’Ambassade du Brésil à Paris, le débat « Le Théâtre Brésilien Actuel ». L’objectif du débat est promouvoir la réflexion sur les enjeux de l’activité théâtrale, en élargissant les possibilités de dialogue parmi les différents agents qui contribuent à l’existence de la production et de la pluralité du théâtre au Brésil. Malgré son coût élevé et son faible revenu, le théâtre a une immensurable valeur humaine.

 
Veja também a programação paralela ao evento.
 

Deixe um comentário

*Campos obrigatórios. Seu e-mail nunca será publicado ou compartilhado.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.